Bannière
Bannière

L’OGP veut mobiliser 2,71 millions USD en 2017

  • PDF

La première assemblée générale du Conseil d’administration de l’Office guinéen de publicité (Ogp) s’achève ce 27 janvier 2017. A l’ouverture des travaux il y a 2 jours, le directeur général, Paul Moussa Diawara, a déclaré qu’en 2017 l’Office va mobiliser des ressources prévisibles de l’ordre de 25 571 500 000 de francs guinéens (GNF), soit environ 2,71 millions $.


Les charges, toutes taxes comprises, sont estimées à 2,56 millions $ pour un solde brut de 147 126 $. Les charges concernent 4 rubriques majeures : le fonctionnement, le traitement de salaires et autres rémunérations, les charges locatives, fiscales, enfin les investissements.

En tant qu’entreprise publique, l’Ogp tire ses ressources des taxes publicitaires : redevances sur les spots publicitaires des medias d’Etat et privés, redevances sur les véhicules roulants à graphies publicitaires ou identifiés (véhicules, camions, motos…), redevances sur les panneaux routiers (affichage murale, décoration murale, décoration de boutiques, de kiosques, de magasins, de restaurants, de cliniques privées…) ; redevances sur les opérations de communication en images ; redevances sur la publicité sonore et déambulation ; redevances sur les licences et agréments, etc.

Depuis 2014, le chiffre d’affaires de l’Ogp connaît une croissance vertigineuse. La mobilisation a atteint 6 600 000 000 GNF contre 3 900 000 000 l’année précédente; soit une croissance de 169%. Le résultat d’exploitation se chiffrait à 1 865 000 000 GNF contre 304 000 000 GNF, soit un taux de croissance de 613%.

Expliquant les performances de l’Office, le Dg Paul Moussa Diawara a déclaré : « à notre prise de fonction le 2 octobre 2014, nous avons immédiatement déclenché des opérations coup de poing qui ont permis de faire un recouvrement des créances auprès des sociétés de téléphonie mobile ».

Sur les perspectives pour 2017, M. Diawara ajoute que l’Ogp conduira son programme d’investissements visant à introduire l’économie numérique pour un élargissement du faisceau publicitaire. Le programme permettra de saisir rapidement et de manière nette des faits qui échappent encore à la taxation.