Bannière
Bannière
Bannière

Conakry : Des citoyens s'expriment après la manifestation du Collectif et de l’ADP

  • PDF

Au lendemain de la marche du Collectif et de l'ADP, les Guinéens sont partagés entre appréciation de l'attitude du gouvernement et des forces de l'ordre, et exaspération due aux protestations des partis politiques.


Gnalen Sanoh, Infirmière : «  La Guinée change maintenant. On ne pouvait pas penser que les manifestations à caractère politique peuvent avoir lieu sans qu'elles ne soient empêchées.  Nous saluons le gouvernement et nous disons qu'il commence à instaurer la démocratie.  Mais je remarque que les politiciens veulent pagayer parce qu'une fois dans la rue, ils ne disent rien de concret à leurs militants. Nous voulons avancer. Nous voulons que ce pays se développe et nous ne voulons plus de bain de sang en Je lance donc un appel aux leaders. Il faut qu'ils sachent ce n’est pas la rue qui est la solution à nos problèmes».


Abdoulaye Sow, Gestionnaire : « J’ai été surpris de la  décision d'autorisation du gouvernement. Nous savons maintenant que le problème  ce n'est pas Alpha Condé, mais son entourage qui le conduit dans les erreurs comme ils l’ont fait au feu Général Conté. On ne pouvait imaginer qu’un jour les gens pouvaient manifester en Guinée sans être  dispersés à coup des gaz lacrymogènes. Alors marche d’hier a donné un vrais sens à la démocratie guinéenne. Le gouvernement doit laisser les opposants manifester leur colère. Ceux sont eux qui savent si la rue peut  trouver solution à leurs problèmes. Je salue M. Alpha Condé d’avoir donné l’autorisation de la manifestation d’hier. C’est une première dans notre pays ».


Mariame Sanoh, Commerçante :
«  Il est bien  de manifester. Mais il n’est pas bon de s’attaquer aux biens des gens. Les manifestants  débordent et s’attaquent aux boutiques, aux marchandises et d’autres biens publics des innocents pendant Les manifestations qui se sont déroulées à Conakry. On remercie le Pr Alpha Condé pour avoir donné l'ordre d‘encadrer les manifestants. Il y a pas eu de mort, ni de casse de boutiques, même s'il y a eu à Kénien des blessés. C’est une première en Guinée. Le gouvernement doit continuer dans ce sens ».


Aboubacar Sidiki Camara :
« C’est comme ça que ça doit se passer  dans un pays démocratique. Je suis persuadé que la Guinée est sur la vraie  voie de la démocratie. La manifestation du 20 septembre, nous a servis d’exemple. L’Etat  doit protéger ses citoyens. Mais l’opposition doit être responsable et surtout éviter les pagailles dans les rues. Quand on dit marche, c’est ne pas pour s’attaquer aux biens des gens. La marche c’est d’un point A à in point B et transmettre un message à ses militants. Mais nos leaders ne savent même pas quoi dire et c’est toujours le même message. Ils doivent changer maintenant et accepter le dialogue politique pour que ce pays puisse avancer. Nous avons trop souffert.  Le président aussi doit organiser vite les élections législatives ».


Propos recueillis par Sidiki Mara
+224 63453095
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.