Bannière
Bannière
Bannière
Bannière

Mohamed Béavogui : "Alpha Condé à la présidence de l'U.A, c'est un honneur"

  • PDF

Sous-secrétaire général des Nations Unies et Directeur général de la Mutuelle panafricaine de gestion des risques (ARC), le guinéen Mohamed Béavogui, prend la désignation du président Alpha Condé à l'U.A comme un honneur. Fier de son président pour le choix porté sur lui, Béavogui, ancien directeur du FIDA espère que cette désignation permettra au président de la République d'impulser un dynamisme à la réforme institutionnelle de l'Union.

 

"Ça ne peut être évidemment qu’un sentiment de fierté quand vous avez votre pays qui reçoit l’honneur comme celui qui a été fait aujourd’hui [30 Janvier, ndlr] à travers le président Alpha Condé à notre pays. Vous savez que nous avons eu d’abord l’OUA depuis 1963 et l’Union africaine depuis 2002. Mais, c’est la première fois qu’un chef d’Etat guinéen est président en exercice de l’Union africaine.


Donc, c’est un honneur. C’est aussi extrêmement important de noter que l’Union africaine est actuellement dans une phase de transition qui va aider l’Afrique à aller dans la bonne direction, dans des conditions meilleures. Parce que l’Union africaine s’est embarquée elle-même dans un processus de transformation pour devenir l’Union africaine des peuples, comme l’a dit aujourd’hui le président Kagame.


L’idée c’est de partir de l’Union africaine des gouvernements vers l’Union africaine des peuples. Ils ont voulu,  je crois les pairs du président Alpha Condé, avoir justement un homme qui aiderait à cette tranformation. Je pense que si je me souviens très bien, ce n’est pas forcement le tour de la Guinée, mais le consensus s’est mis autour de lui [Alpha Condé] pour lui proposer cette Présidence.


Donc, la Guinée doit être fière et la Guinée doit continuer à jouer son rôle, un rôle encore plus important dans le processus de transformation que l’Afrique doit s’imposer.


Nous voyons autour de nous le monde changer vers un repli nationaliste, nous voyons le monde changer vers le populisme, l’Afrique a besoin de resserrer les rangs et même parler d’une seule voix.  Je pense que le président Alpha condé est bien placé pour initier de façon coordonnée et très harmonieuse ce travail et permettre à l’Afrique d’avancer assez rapidement".


Avec Mediaguinee